Conseils de lecture d’ABC Édition

 


Les produits du jardin                VOIR LA VERSION EN LIGNE                                  
NOUVEAU
Cliquez sur l’image
pour feuilleter le livre

Jean Songe

Nos amis les experts

 

36 pages, format 14,8 x 10,5 cm,
couverture pelliculée mat 250 gr, papier intérieur 80 gr

2 €
••

Il fallait la sagacité d’un auteur de polars pour traquer les méfaits et dissimulations de l’hydre nucléaire. Dans Ma vie atomique, Jean Songe mène pas à pas son enquête – à charge. Et quelle charge ! Les moins avertis s’étonneront de l’ampleur du crime atomique, les autres trouveront ce décodage salutaire d’une redoutable efficacité. L’humour en plus.

« Nos amis les experts », un chapitre oublié dans l’édition Calmann-Lévy de 2016, alimente à lui seul la douce mise à nu de quelques défenseurs – non dénués d’intérêts – de l’atome, jouant de leur « aura » médiatique pour distribuer leur docte parole, plus aisément manipulatrice.

Au panthéon de l’expertise, Hans Blix et Morris Rosen, deux pontes de l’AIEA interviewés par Der Spiegel trois semaines après l’explosion de la centrale de Tchernobyl, ignorent en toute décontraction la moindre incidence à la catastrophe (voir extraits ci-dessous).

Plus proches de nous, Michel Serres, Erik Orsenna, Gérald Bronner, Claude Allègre, complices objectifs du crime atomique, passent à leur tour au crible de ce jeu réjouissant où chat et souris inversent leur rôle.

ÉGALEMENT PARUS
Catherine Lieber

Mini-introduction
à la radioprotection

60 pages
5 €
dont 2 pour ETB
••

Manuel pratique

Se tenir prêt à
l’accident nucléaire

24 pages couleur
5 €
dont 2 pour ETB
••

Yves Lenoir

Et si on parlait de
radioprotection ?

48 pages
3 €

Michel Boccara

Le Mythe
du progrès

48 pages
3 €

Roger Belbeoch

Société
nucléaire

48 pages couleur
3 €
••

EN DIFFUSION
Atomes crochus n° 5
Comment arrêter la catastrophe ?

Atomes crochus s’attache à décrypter les dangers et impasses que représente le nucléaire, à l’appui des débats menés en septembre 2016 aux Journées d’études pour l’Arrêt du nucléaire. Il propose un contenu articulé autour de trois thèmes : quelques jalons historiques / la mise en débat de l’arrêt immédiat / et la gestion de la catastrophe – ou comment le lobby nie la contamination radioactive, impose ses instruments de consentement, puis prépare l’opinion publique à s’y soumettre.

Informations sur : http://journeesdetudes.org/atomescrochus/AC5

32 pages couleur format A3 – 0,30 € + 3,20 € de port
(prix de port très dégressif selon les quantités commandées)

Autocollant
NUCLÉAIRE
ÇA SUFFIT !
diamètre 9,5 cm 1 €
4 € les 6 ex. / 10 € les 20 ex. – au delà nous consulter
Une remise est accordée aux groupes antinucléaires
en fonction des quantités commandées
QUOI DE NEUF : TCHERNOBYL


Tchernobyl, le monde d’après

32 ans après, la situation sanitaire dans les territoires les plus touchés
par la catastrophe de Tchernobyl continue d’empirer

Le nouveau film de Yves Lenoir et Marc Petitjean, « Tchernobyl, le monde d’après », nous le rappelle : la catastrophe de Tchernobyl n’est pas figée. C’est un arbre qui pousse.

« De nouvelles données recueillies dans la région de Minsk, à 475 km de Tchernobyl, révèlent que les malformations cardiaques congénitales dans la population enfantine sont de 10 à 20 fois plus fréquentes que la normale et que le nombre d’enfants rendus invalides par une maladie cardiaque y a doublé entre 2014 et 2017. À Stolyn, à 200 km de Tchernobyl, 60 % des femmes en âge d’enfanter et plus de 84 % des femmes enceintes ont une pathologie. La naissance d’un enfant en parfaite santé est un événement rare, 90 % des nouveaux-nés souffrent de maladies ». (extraits du Bulletin de mars 2018 l’association Enfants de Tchernobyl Belarus).

« L’impact sanitaire du nucléaire est d’autant plus destructeur et violent que l’on remonte le cours de la vie. Plus on va vers l’enfance, la vie prénatale, le temps de la procréation et le capital génétique qui précède la procréation, et plus l’impact est virulent et destructeur. Des atteintes qui deviendront parfois héréditaires. Non seulement le nucléaire atteint des personnes vivantes, mais il est en train de détruire la vie des prochaines générations. On dirait qu’on va vers ça en toute inconscience, on laisse faire. On est en train de détruire la vie de nos enfants, de nos petits enfants, sans réaction ». (Nicole Roelens, « Pourquoi les peuples laissent-ils s’accomplir le crime nucléaire contre les prochaines générations ? »)

« La hiérarchie quant au contrôle de l’exposition aux radiations est simple : la science de l’UNSCEAR (Comité scientifique des Nations unies pour l’étude des effets des rayonnements atomiques) au sommet, puis, juste en dessous, les recommandations de la CIPR (Commission internationale de protection radiologique), fondées sur la-dite science, les institutions “opérantes” en troisième position (AIEA, EURATOM etc), et en dernier lieu les législations nationales qui adaptent à leur niveau les recommandations de la CIPR, éventuellement filtrées par des organes supra-nationaux ». (Yves Lenoir, « L’ONU et ses organes, des institutions de et pour l’âge atomique»)

« Les normes de radioprotection protègent plus l’industrie nucléaire que la santé des populations et des travailleurs. Le modèle CIPR, qui sert de base à la législation européenne en vigueur, est grossièrement insuffisant et scientifiquement obsolète. Il est nécessaire de refonder le système international de radioprotection ». (Paul Lannoye, « La radioprotection doit être refondée, ses bases scientifiques sont erronées »).

Les pathologies observées sur le terrain en Belarus par les medecins de l’Institut Belrad viennent totalement invalider les schémas officiels retenus par les organismes internationaux en charge de la radioprotection. Ces organismes de l’ONU ou affiliés orchestrent en dehors de tout contrôle démocratique le déni sur les effets sanitaires de la radioactivité – jusqu’à prendre en main le contrôle de la radioprotection et de l’information en cas de catastrophe à travers les programmes Ethos et Core, à Tchernobyl puis Fukushima.

La Charte fondatrice de l’ONU débute par ces mots : « Nous, peuples des Nations unies, résolus à préserver les générations futures… ». Or il faut bien reconnaître que l’ONU déroge à ses principes pour ce qui est de la protection radiologique des peuples qu’elle est censée représenter.

Les contaminations radiologiques étant transnationales, c’est bien des peuples du monde que doit venir le sursaut. Notre responsabilité est là : reprendre en main le système de radioprotection, ou sacrifier les générations futures.

Lire l’intégralité de ce texte

Cet article fait suite au travail de l’atelier « Libérer l’ONU du nucléaire » qui s’est tenu lors du Forum Social Mondial Antinucléaire le 3 novembre 2017 à Paris. Un grand nombre de sources, documents et réflexions, réunis et compilés à cette occasion, ont fait l’objet d’un dossier consultable en ligne.

Les produits du jardin, 285 avenue de Verdun 46400 Saint-Céré

http://lesproduitsdujardin.frcontact@lesproduitsdujardin.fr