Le droit d’être un citoyen à travers l’histoire du label Stax

Le droit d’être un citoyen à travers l’histoire du label Stax

Reportage d’ARTE en ligne jusqu’en septembre

Chaire de poule et rage de combattre garanties !

Isaac Hayes, Wilson Pickett, Sam & Dave et Otis Redding en furent les plus éminents talents : voici la fabuleuse histoire du label Stax, qui inventa la soul et fit travailler dans un même studio Blancs et Noirs dans l’Amérique ségrégationniste. À Memphis, en 1957, Jim Stewart, un fan de country, convainc sa sœur, Estelle Axton, de racheter un cinéma désaffecté, en plein ghetto noir, et d’en faire un studio. Ils réunissent les premières lettres de leurs noms, ce qui donne “Stax”. Estelle crée un magasin de disques attenant au studio, qui attire les talents du quartier, tandis que Jim délaisse la country pour le rhythm and blues. Le label enregistre ses premiers tubes, tel “Green Onions” de Booker T. & The M.G.’s, premier groupe multiracial. Stax enchaîne rapidement les succès, concoctés par des compositeurs de génie comme Isaac Hayes, qui œuvrera dix ans dans l’ombre avant de devenir le dandy soul qu’on connaît. En 1965, l’arrivée d’Al Bell, un DJ à l’épais carnet d’adresses, booste le label, désormais dirigé par un Blanc, Jim, et un Noir, Al, qui, faisant fi de la ségrégation, travaillent en harmonie. Le phénix Stax Les fastueuses années 1960 verront émerger les talents d’Otis Redding et du duo Sam & Dave. Mais malgré la loi sur les droits civiques de 1964, la décennie se terminera mal, avec une exacerbation des tensions raciales. Venu soutenir les éboueurs de Memphis, Martin Luther King est assassiné dans un motel de la ville en 1968. Ce traumatisme brise l’utopie métissée de Stax : les employés noirs regardent désormais leurs collègues blancs de travers. Le label renaîtra de ses cendres grâce à l’explosion de la soul au début des années 1970, avant de déposer le bilan en 1975. Ponctué d’images de fresques urbaines de Memphis, le film raconte cette tumultueuse épopée grâce à des archives inédites et à des témoignages passionnants, notamment ceux de Steve Cropper, coauteur du tube “(Sittin’ on) The Dock of the Bay”, d’Al Bell, du chanteur Sam Moore, ou de Rob Bowman, le “biographe” de Stax. Stax, le label soul légendaire Documentaire de Stéphane Carrel et Lionel Baillon (France, 2018, 52mn) Abonnez-vous à la chaîne ARTE https://www.youtube.com/channel/UCwI-…

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.