Projet du contournement de Beynac : il va encore plus loin… 🗺

Projet du contournement de Beynac : il va encore plus loin… 🗺

Culture et luttes dép 24 Environnement
Saint Vincent de Cosse Carte

       

       Six mois après la décision du Conseil d’Etat de suspendre l’arrêté préfectoral autorisant les travaux du projet de contournement de Beynac, suivi et confirmée par le jugement du tribunal administratif de Bordeaux en avril dernier, le président du conseil départemental de la Dordogne continue de mener une campagne assidue en faveur de la reprise du chantier.

       En effet après avoir passé ces derniers mois à fortement  inciter les citoyens et élus locaux à rejoindre son camp, à l’aide de courriers, pétition, affichage massif, Germinal Peiro va encore plus loin puisqu’il propose à présent des visites du chantier au public, gratuites, 2 jours par semaine. Pour ce faire, il a installé une cabane reliée à l’eau et à l’électricité en bord de route affublée de panneaux invitant les gens à venir visiter le chantier.

 

       Depuis le début de ce dossier, les méthodes de cet élu surprennent, tout comme son acharnement à vouloir poursuivre son projet, qui pourtant bien ficelé n’a pas tenu face aux arguments en faveur de la préservation de l’éco-système très particulier de la Vallée de la Dordogne, d’un patrimoine et d’un paysage uniques mais également face à l’absence d’intérêt public majeur.

 

       On peut donc aujourd’hui s’interroger sur la légalité de cette dernière initiative, et les habitants de la Dordogne, le 4è département le plus endetté de France, sont en droit de se demander avec quel budget sont financées ces diverses actions qui ont pour seul le but la reprise des travaux alors même que le tribunal administratif de Bordeaux a demandé au département de procéder à la remise en état des lieux et à la démolition des éléments de construction.

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.