Semi-dictature !

Semi-dictature !

Origine de cette immage

Article de : DANIEL BOURET

Ce 17 janvier, le mouvement des gilets jaunes atteindra ses deux mois d’existence. Plus que la crise de mai 1968, bouclée en un mois et demi, élections législatives comprises. En fait, nous connaissons, sauf erreur, la plus longue crise insurrectionnelle depuis 1945 ! Et aussi l’une des plus violentes en matière de répression policière, si l’on excepte les événements dûs à la guerre d’Algérie.

Le nombre total des blessés gilets jaunes depuis le début ? On ne sait pas trop ! On a perdu le fil… 1000, 1500, 2000 ? Par contre, on sait absolument qu’on en est à 94 blessés graves (bigre : yeux perdus, mains arrachées, membres hors d’usage…) dûs à des tirs de flash-ball ou de grenades de désencerclement, parfois des armes interdites à l’Etranger. Mais cela va s’arrêter . Car les médias, notamment “Marianne” du 11 janvier, ont trouvé les responsables : c’est Mélenchon. Pourtant, celui-ci a toujours condamné les violences chaque fois qu’il est interrogé. Guy Konopnicki et Caroline Fourest, dans Marianne, accusent aussi Eric Drouet, dans la même manipulation de l’information. Pourtant, celui-ci a toujours condamné les violences, lui aussi. On adjure même, à “Questions politiques” sur France-Info, les gilets jaunes d’arrêter de piller les magasins. Faux : il n’y a jamais eu de pillages.

Par contre, chez Fourest et Konopnicki, pas un mot, dans ce numéro, pour la vielle dame tuée à Marseille par un tir de flash-ball (elle fermait ses volets), pas un mot de compassion pour les mutilés, pour ce gars dans le coma à Bordeaux. Au fait, combien de mutilés dans les forces de l’ordre ? On ne sait pas… les chiffres n’ont pas été donnés. Mais si, si, je vous assure, les violents, ce sont les gilets jaunes ! J’ai regardé avec attention les reportages réalisés dans d’excellents directs par RT France (je sais, c’est triste de devoir regarder une chaîne russe, mais les autres m’écoeurent tellement) ou Le Média. Les nombreux gilets jaunes, au long des samedis successifs, interrogés par les reporters au milieu des grenades fumantes, disaient leur stupéfaction d’avoir été chargés dès leur arrivée par les “forces de l’ordre”. Beaucoup, souvent des retraités, avouaient que c’était la première fois de leur vie qu’ils venaient à une manifestation.

Deux mois et ça continue… malgré la répression policière, malgré les arrestations, malgré une campagne éhontée des médias. Toute une caste qui a peur de laisser des plumes en matière de privilèges si une insurrection “débouchait sur quelque chose”. Sans compter que les patrons sont des milliardaires avec qui il vaut mieux avoir de bonnes relations. Il est bien difficile de glaner quelques chiffres, souvent imprécis. On apprend quand même que Delphine Ernotte gagne 400000 euros par an; que 1415 salariés de France-Télévision engrangent plus de 70000 euros par an. Claire Chazal gagnait 120000 euros par mois. Gilles Bouleau, Anne-Claire Coudray, Jean-Pierre Pernaut, font entre 30000 et 45000; Ruth Elkrief et Bruce Toussaint entre 15000 et 60000; Laurent Delahousse et David Pujadas 18000 euros par mois. Jean-Michel Aphatie 15000; Thomas Sotto 38000. Encore qu’on ignore si ces émoluments comprennent les “ménages”. Par exemple, vous pouvez participer à la “Croisière des Idées en Méditerranée” pour 2690 euros ou 2190 euros par personne, durant 11 jours en Grèce, Crête, Italie, Malte, avec Natacha Polony, Jean-François Kahn, et Laurent Joffrin (mais aussi Jean-Louis Debré et Najat Vallaud-Belkacem, tiens tiens). Conférences sur les mutations sociales incluses. N’oubliez pas votre gilet jaune ! (Marianne du 11 au 17 janvier, p.45).

Bien sûr, le “journaliste de terrain” se situe à cent lieues de ces seigneurs (et ne parlons pas des “correspondants de presse” des journaux de province, ces serfs de l’information). Aussi, pas question de molester ces employés des “médias-collabos” (pour collaboration avec l’oligarchie en place). Réservons nos façons de penser pour les cadors, si on peut. Sans oublier que s’ils hurlent parfois pour la liberté d’expression, eux ne supportent pas d’être critiqués.

Deux mois que ça dure… Mais cela va bientôt s’arranger… Car, heureusement, s’ouvre le “grand débat”. J’ai lu deux fois en entier la lettre de Macron. Sans bien comprendre ce qu’il voulait nous faire dire. Ah si ! J’ai quand même compris qu’il fallait qu’on choisisse quels services publics il faut supprimer.

Vit-on encore en démocratie? J’en doute un peu. On nous interdit, peu à peu, de manifester. On matraque les mécontents. Mais on a toujours une presse libre. Euh… vraiment ? Mais on a une assemblée nationale, une opposition, des élus locaux ! Bon ! sans pouvoir, admettons-le. Et il y a le grand machin, derrière, l’Union Européenne, qui surveille tout : gare, si on déconne, comme dirait l’autre.

Une dictature ? Non, quand même pas ! Il faudrait inventer un autre

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Feedback

 

Votre Nom

Titre

cochez une ou plusieurs catégories

Catégorie(s) de votre article

Choisissez une ou plusieurs catégories

Contenu de votre article

 
 

Image mise en avant pour votre article

 

Contrôle : donnez le résultat (en chiffre) de l'opération ci-dessous


Je suis responsable des informations et des éléments que je publie.

.
.