Gilets Jaunes – La journaliste Laetitia Monsacré balance : “J’ai honte de mes confrères”

Gilets Jaunes – La journaliste Laetitia Monsacré balance : “J’ai honte de mes confrères”

Vu sur https://www.agoravox.fr/

C’est en hommage au magazine « The New Yorker » que Laetitia Monsacré, ancienne présentatrice de France 5, a lancé en novembre 2011 sur le Web « Le Pariser », avec Ulysse Gosset. Dans cette vidéo publiée le 8 janvier 2019, elle balance sur ses confrères, “BFM Merde TV” et consorts, ainsi que sur le gouvernement. Du lourd !

A la fin de son intervention, la journaliste renvoie à son article “La grande manipulation“, à lire sur “Le Pariser”. En voici quelques extraits :

Journaliste, profession sinistrée

Etre journaliste depuis plus d’un mois en France lorsque l’on couvre les “Gilets jaunes”, c’est en effet- n’en déplaise à Emmanuel Macron qui a essayé de nous associer dans ses voeux aux homosexuels, juifs et autres victimes de ces “gaulois” forcément incultes- devoir porter un casque et afficher “Presse” comme pour couvrir une guerre lointaine avec l’espoir que cela nous protège. De qui ? Certainement pas des gilets jaunes qui, lorsque j’ai dû courir avec eux pour échapper aux grenades lacrymogènes lancées sans aucune raison, m’ont tendu mon portable tombé dans la tourmente. Ma carte de presse perdue en même temps a fini dans la poche d’un Baqueux, un policier, qui m’a lancé “J’en fait collection”.

(…) le dimanche 23 décembre fut un jour de deuil pour le journalisme. Images tronquées diffusées en boucle sur les chaînes du service publiques et d’information continue, infox répugnante amalgamant les gilets jaunes à des racistes pour trois quenelles, à des antisémites pour une vidéo qui tourne sur les médias classiques alors qu’elle n’aurait jamais du quitter les réseaux sociaux ou encore à des homophobes en opposant le Mariage pour tous au RIC, bref une volonté éditoriale écoeurante de faire passer un message de propagande digne d’une dictature : “Les Gilets jaunes sont l’ennemi du peuple”. On minore, on diabolise- selon.

Des confrères qui hurlent avec les loups

Alors, moi aussi j’ai eu honte. Honte d’avoir choisi un métier de crève la faim avec de plus en plus de journalistes qui y renoncent pour tenter ailleurs de gagner leur vie comme l’a révélé une étude dévoilée cette année aux Assises du Journalisme de Tours ; honte que mes enfants nous trouvent pauvres dans un arrondissement de dents blanches mais surtout honte d’entendre certains de mes confrères, bien au chaud sur leur plateau ou dans leur studio radio donner dans “la voix de son maître” comme aux pires heures de l’ORTF. Que dis-je, la chose est plus perverse encore ; la censure gaullienne a fait place à la fabrique d’opinion macronienne. Sur France Inter, à la matinale pilotée par Nicolas Demorand, hurleur avec les loups, on offre une demi-heure de pub gouvernementale au Secrétaire d’Etat au numérique pour qu’il rappelle aux bonnes gens que les Fake news, c’est sur internet et que c’est dangereux.

(…) Ce samedi 6 janvier 2019, j’étais une fois encore en reportage. En bas de la rue Bonaparte, les GJ sont passés pacifiquement à 14heures 30 ; la manifestation était déclarée. (…) Une jeune journaliste de CNews filmait un petit feu de poubelle ; je l’ai prise à parti en plein direct pour lui dire tout mon mépris d’être associée à l’infox des chaines d’infos continues qui rendent notre profession de journaliste chaque jour un peu plus suspecte et décriée.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

33 + = 34

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.