similitudes historiques

SIMILITUDE HISTORIQUES ET PLUS… si affinités ? (suite)

En regardant récemment, sur la 2, un film en quatre épisodes sur Victor Hugo, il m’est apparu des similitudes frappantes, voire criantes, entre le moment que nous vivons et celui de la vie de Victor Hugo sur la courte période de la seconde république (de 1848 au 2 décembre 1851).

On voit un quasi inconnu d’une quarantaine d’années, évoquant le symbole d’un empereur, disparu depuis une quarantaine d’année, qui utilise la crédulité des électeurs, et faisant de belles promesses à tous les partis, se fait largement élire. Il faut dire que les autres candidats s’échelonnaiet entre un général aux allures martiales (boucher de la révolte de juin), et d’autres candidats dont Lamartine, plutôt à gauche.

Il promet à tous un régime démocratique et le respect de la constitution, et dans ce contexte apparaît comme le candidat ni de droite ni de gauche mais ouvert à toutes les idées « progressistes ».

Puis une fois au pouvoir, renie progressivement mais totalement ses promesses pour, finalement, proposer de changer la constitution afin de se rendre rééligible, alors qu’elle ne le permettait pas.

Comme la lutte politique entre la droite et la gauche tourne à l’avantage de la gauche, malgré la censure des journaux de gauche, sa proposition de modification constitutionnelle est retoquée.

Ne pouvant supporter cet échec, son esprit retors le contraint à montrer son vrai visage et à utiliser la force et l’autoritarisme. Dans un premier temps il emprisonne tous les députés, de droite comme de gauche pour paraître impartial et ne pas faire de favoritisme. Puis une fois écrasés les rebelles sur les barricades, il emprisonne ou fusille tous les opposants, puis libère les députés de droite, qui s’empressent de le soutenir et de l’encenser, il est toujours bon d’être du bon côté du manche et de vénérer celui qui apporte « prospérité et sécurité» à la bourgeoisie et la protège des « rouges ».

La révolte de gauche réprimée dans le sang, les survivants seront fusillés, emprisonnés ou exilés dans les bagnes lointains.

Les plus riches des opposants de gauche peuvent « tirer leur épingle du jeu », s’exiler et survivre, comme le fera Hugo. Evidemment les plus humbles, n’ayant pas les moyens de voyager, ni d’endroit où se replier sont contraints à mourir, à être emprisonnés ou envoyés au bagne à perpétuité.

Mais ou est la similitude, me direz-vous ?

Réfléchissons ensemble :

D’où sort M Macron, de quel parti ? De quelle élection précédente ? Il ne représente aucun parti et a pu se revendiquer « ni de droite ni de gauche ». On l’a même entendu dire à certains moments qu’il « était socialiste » et à d’autres « qu’il n’était pas socialiste »(voir les synthèses de sa campagne sur Youtube).

Quel était son programme ? Aucun ! On l’a même entendu dire « qu’on se fout du programme ! », et ajouter « ce qui compte c’est la vision !» (quelle vision ?). Difficile à comprendre étant donné qu’il se considère comme un « disrupteur » au discours « trop subtil pour le citoyen Lambda », incapable de concevoir la complexité de sa pensée et les concepts « d’en même temps » « inclusifs ».

Difficile dans ces circonstances de se faire une opinion sur ses « visions sociétales ». Sauf à savoir qu’il vient de la banque Rotschild et que vu les noms des généreux « contributeurs » à sa campagne il agira vraisemblablement en « retour sur investissements ». Ce qui fut fait ! Et perdure…

Comment a-t-il pu être élu dans ces conditions ? Nous avons bien vu comment, très rapidement, les rats ont quitté leur navire (du PS et de droites) pour aller s’afficher du côté où le vent des affaires allait tourner.

Ou même comment les élections « internes » de droite comme de gauche se sont passées en éliminant les cadors de chaque parti, afin de laisser émerger les moins «favorisés» en sondage,voués à être les « dindons d’une farce » faite pour Macron et Lepen.

La censure est-elle équivalente à celle de 1850 ? Non bien sûr ! Les pouvoirs de notre époque sont beaucoup plus organisés : pas besoin de censure quand 95% des médias appartiennent à 9 ou 10 milliardaires.

…Et que même les éditorialistes et journaliste des JT des médias dits « publics » s’empressent de câliner le pouvoir dans le sens du poil : « il faut bien faire bouillir la marmite !», et éventuellement profiter des promotions professionnelles qui pourraient en découler… même le Monde et Mediapart ( dont Xavier Niel détient 16,79 % du capital)ne sont pas totalement indépendants.

Certains journalistes essaient, difficilement, de rester objectifs, voir critiques, mais ils sont peu relayés par les médias dominants.

Mais pourquoi s’affoler ? Quand on voit comment sont désignés les membres du CSA, on est assuré d’une totale « indépendance d’expression » relativement au pouvoi !

Et puis, ce n’est pas comme si notre président essayait de modifier la constitution… D’ailleurs il est intéressant de se souvenir qu’en 2017 plusieurs journalistes comparaient Jupiter à Napoléon III, élu président au (quasi) même âge, « Ah quel heureux z’hasard! » semblaient-ils dire avec volupté et admiration.

Espérons que Jupiter ne copiera pas l’autre…

Daniel Coutant, militant multipass

C’était plusieurs semaines avant le début des gilets jaunes !

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.